برامج ومواد تعليمية/شروحات مواد أساسية تعليم متوسط /برامج وتطبيقات ويندوز اندرويد برامج ومواد تعليمية/شروحات   مواد أساسية تعليم متوسط /برامج وتطبيقات ويندوز اندرويد
PropellerAds
recent

آخر الأخبار

recent
recent
جاري التحميل ...
recent

Projet: 3 Séquence: 1 Niveau : 3AM Compréhension de l’écrit 2

Projet: 3  Séquence: 1  Niveau : 3AM               Compréhension de l’écrit 2

Projet: 3  Séquence: 1  Niveau : 3AM
  Compréhension de l’écrit 2


Projet 3:« Réaliser un cahier de souvenirs de la classe                          Ait Saidi Lounis
et un recueil de récits de vie à caractère biographique»

Séquence1: « Rédiger un souvenir d’enfance, une expérience vécue. »

Activité : Compréhension de l’écrit 2.                                                Durée : 01 heure                                            
Titre :  MA MÈRE
Objectifs d’apprentissage :
 -Lire et comprendre un récit autobiographique.
Analyser des textes récits autobiographiques pour en identifier les caractéristiques.

Déroulement de l’activité du jour

 

Rappel
Rappel de l’intitulé du projet.
Rappel de l’objectif de la séquence.
Expliquer l’objectif de la séance à l’ensemble de la classe. 
MA MÈRE
Ai-je été nourri par ma mère ? Est-ce une paysanne qui m’a donné son lait ? Je n’en sais rien. Quel que soit le sein que j’ai mordu, je ne me rappelle pas une caresse du temps où j’étais tout petit : je n’ai pas été dorloté, tapoté, baisoté ; j’ai été beaucoup fouetté.
Ma mère dit qu’il ne faut pas gâter les enfants, et elle me fouette tous les matins ; quand elle n’a pas le temps le matin, c’est pour midi, rarement plus tard que quatre heures.
Mademoiselle Balandreau m’y met du suif.
C’est une bonne vieille fille de cinquante ans. Elle demeure au-dessous de nous. D’abord elle était contente : comme elle n’a pas d’horloge, ça lui donnait l’heure. « Vlin ! Vlan ! zon ! zon ! – voilà le petit Chose qu’on fouette ; il est temps de faire mon café au lait. »
Mais un jour que j’avais levé mon pan, parce que ça me cuisait trop, et que je prenais l’air entre deux portes, elle m’a vu ; mon derrière lui a fait pitié.
Elle voulait d’abord le montrer à tout le monde, ameuter les voisins autour ; mais elle a pensé que ce n’était pas le moyen de le sauver, et elle a inventé autre chose.
Lorsqu’elle entend ma mère me dire : « Jacques, je vais te fouetter !
— Madame Vingtras, ne vous donnez pas la peine, je vais faire ça pour vous.
— Oh ! Chère demoiselle, vous êtes trop bonne ! »
Mademoiselle Balandreau m’emmène ; mais au lieu de me fouetter, elle frappe dans ses mains ; moi, je crie. Ma mère remercie, le soir, sa remplaçante.
« À votre service, » répond la brave fille, en me glissant un bonbon en cachette.
Mon premier souvenir date donc d’une fessée.
                                                                                                                     Jules Vallès, L’enfant.
Compréhension de l’écrit :

Lecture silencieuse du texte.

Questions :
1- A qui renvoient les pronoms « je » et « elle » ?

je
elle
elle
Jaques Vintgras
la mère de Jaques
Mademoiselle Balandreau

2-a- Le personnage Jaques Vintgras représente :
Jules Vallès ?
Le père de l’auteur ?
Le personnage Jaques Vintgras représente Jules Vallès.  
   b- Ce texte est un récit de fiction ? Un récit autobiographique ? Justifie ta réponse.
Ce texte est un récit autobiographique dans lequel l’auteur Jules Vallès  raconte un souvenir d’enfance.

3- a-Qui est Mademoiselle Balandreau ?
    b-Relève les substituts lexicaux qui la désignent.
- Mademoiselle Balandreau est la voisine qui habite au-dessous de l’appartement de la famille Vintgras.
- Les substituts lexicaux qui la désignent sont : une bonne vieille fille de cinquante ans – chère demoiselle – sa remplaçante – la brave fille.

4- Relève une phrase qui montre comment la mère élève son enfant.
La phrase qui le montre est :  «Ma mère dit qu’il ne faut pas gâter les enfants, et elle me fouette tous les matins »  

5- A quelles informations ou à qui renvoient les mots soulignés dans le passage suivant :
« (…) comme elle n’a pas d’horloge, ça lui donnait l’heure. « Vlin ! Vlan ! zon ! zon ! – voilà          le petit Chose qu’on fouette (…)»
Ça : fouetter Jaques Vintgras
l’heure : c’est l’heure de prendre le café au lait.
le petit Chose : Jaques Vintgras

6- Complète le passage suivant par deux mots et deux expressions de ton choix.

En voyant le postérieur de Jaques, Mademoiselle Balandreau  a ressenti de la peine. C’est pourquoi, elle a proposé a Madame Vintgras de fouetter son fils à sa place. Mais la gentille demoiselle faisait croire qu’elle le battait, au lieu de cela elle frappait dans ses mains. Et lui donnait un bonbon.

7- Relève un verbe et une expression qui montrent que l’auteur raconte son enfance.
- un verbe : je ne me rappelle pas.
- une expression : mon petit souvenir.

8-Complète le passage par des adjectifs possessifs et démonstratifs.
Cette femme est bonne car elle a sauvé Jaques des coups que lui faisait subir sa mère. Elle a joué de malice en faisant croire à ce monstre qu’elle fouettait son fils.
9- Réécris le passage en remplaçant le « je » par « il » et le verbe « se rappeler » par « se souvenir ».
Je ne me rappelle pas une caresse du temps où j’étais tout petit : je n’ai pas été dorloté, tapoté, baisoté ; j’ai été beaucoup fouetté.
Il ne se souvient pas dune caresse du temps où il était tout petit : il n’a pas été dorloté, tapoté, baisoté ; il a été beaucoup fouetté.

10- dans les phrases suivantes :
« je ne me rappelle pas une caresse »
« Mon premier souvenir date donc d’une fessée. »
Quel est le temps employé ? Quelle est sa valeur ?
Le temps employé dans les phrases est le présent d’énonciation.

Production écrite : Tu gardes en mémoire un mauvais souvenir. Raconte-le.

Je me rappelle avoir cassé le vase en cristal que ma mère adorait. Elle le nettoyait régulièrement et le reposait délicatement dans le meuble du salon. Ce jour-là, j’étais seule à la maison et je m’amusais avec une balle qui a fini par atterrir sur le précieux objet. Une fois le méfait commis, j’ai ramassé toute  trace suspecte et je suis allée me réfugier chez une amie. J’appréhendais le moment du retour mais il fallait bien rentrer. Vers les coups de dix sept heures, j au sonné chez nous. Aujourd’hui encore, j’en tremble de peur.
Mon père m’a ouvert, je suis entrée et ma mère est arrivée comme une furie, me posant des tas de questions. Je me souviens que j avais fait preuve de beaucoup de sang froid. J’ai tout nié et à  ma grande surprise, ma mère m’a cru. Elle a préféré accuser mon frère qui avait pour habitude d’accumuler les bêtises. Ouf ! J étais sortie d’affaire.

Les jours ont passé et je me sentais de plus en plus honteuse. J’ai fini par tout avouer à ma mère.
J’ai été punie mais je jure que cette punition je l’ai adorée.

 pour découvrir d'autres nouveautés consultez le lien du groupe  cliquez-ici

 


التعليقات